Monnaies et coutumes

Mariage

EN INDE

 

 

Le Jeu de Pièce de monnaie arrive après les festivités des noces, quand les jeunes mariés vont à la maison des parents du marié.

Les pièces de monnaie et d'autres articles sont placés dans une grande vasque remplie de l'eau colorée rouge.

On demande alors aux jeunes mariés de récupérer un article particulier. Ils font cela à plusieurs reprises et celui qui retire les plus d’articles demandés est destiné à être le dirigeant de leur maison.

 

EN SUEDE

 

Les pièces dans les chaussures

Une des plus vieilles coutumes suédoise est que la jeune mariée doit porter des pièces de monnaie dans ses chaussures. Une pièce de monnaie d'argent de son père est placée dans la chaussure gauche, tandis qu'une pièce de monnaie d'or de sa mère dans la chaussure droite, ceci est pour s’assurer que la mariée ne partira jamais sans ses chaussures, les chaussures représentant ici, l’héritage morale de ses parents.

 

AU MEXIQUE



Les arrhes

Le marié doit fournir à sa femme des arrhes, treize pièces en or (de préférence), les pièces doivent être bénites par le prêtre. Elles portent la promesse du jeune marié de soigner et de prendre soin de sa femme. Elles symbolisent aussi l’argent du ménage que l'épouse aura à gérer.

Souvent dans les familles, on se transmet aussi une chaine en or qui unit les deux nouveaux mariés durant la cérémonie.

 

 

autre

 

la fontaine de Trevi est en permanence assaillie de touristes.

Il est de coutume de jeter une pièce de monnaie par le bras droit en tournant le dos à la fontaine avant de quitter Rome, une superstition associée à la fontaine étant que celui qui fait ce geste est assuré de revenir à Rome afin de retrouver cette pièce. Cependant, la monnaie de cette fontaine est collectée par les autorités et envoyée à des œuvres de charité, qui se partagent près d'un million d'euros par an. Chaque matin, avant l'arrivée des touristes, la circulation de l'eau est coupée. La fontaine est nettoyée à la brosse et les pièces sont rassemblées en un long serpent, à l'aide de longues perches, et récoltées par aspiration, sous la surveillance de la police.

La coutume s'est depuis répandue, certains touristes ayant désormais l'habitude de jeter des pièces dans les fontaines ou bassins du monde entier, parfois même sans donner de signification précise à leur geste.

 

Jour de l'an et superstitions : en Belgique.

Pendant le repas (traditionnellement la choucroute), la coutume veut qu'il faille placer une pièce de monnaie sous son assiette afin d'attirer l'argent pour l'année à venir.

Pourquoi un couteau se vend et ne s’offre pas ?

Nous sommes en pleine superstition.
Il existe une coutume selon laquelle tout objet tranchant ne s’offre pas sous peine de couper l’amitié - ou l’amour ! - entre la personne qui reçoit le couteau et celle qui l’offre.
Pour conjurer ce mauvais sort ou bien par tradition, la personne reçevant un couteau en cadeau donne une pièce de monnaie dans un but d’échange à celui qui lui a offert le couteau.

Premièrement, d'après certains livres de superstitions, offrir un couteau ou autre objet tranchant coupe l’amitié ou l’amour à moins de donner une pièce de monnaie en retour.
La pièce de monnaie étant le symbole de ce qui ne peut pas être dissocié, coupé, partagé, elle représente donc l’indissociabilité, le caractère solide et presque éternel de l’amitié ou de l’amour.

Ce symbole se retrouve aussi dans l'expression "avoir maille à partir", signifiant avoir un petit conflit que l’on ne peut résoudre avec quelqu'un (la maille étant l’argent et "partir" signifiant "partager").
Le destinataire donne donc un morceau de métal (pièce de monnaie ou autre) pour « acheter » le présent. Ainsi, l’objet tranchant offert n'est plus réellement un présent mais plutôt un achat personnel.

A noter : La Reine Elisabeth II elle même insistait pour l’emploi de cette pratique lorsqu’elle recevait des pièces d’argenterie.

Ensuite, selon le Guide de la chance (Paris, 1984), toute arme blanche utilisée et portée régulièrement est « un objet de pouvoir ». En le donnant, on perd ce pouvoir, sauf si une pièce de monnaie est reçue en échange. Cette pièce est censée porter bonheur à celui qui l’a reçue seulement si il ou elle achète avec un couteau ancien ou dont quelqu’un s’est déjà servi.

Pour continuer, les mythes bibliques eux aussi ont leur mot à dire : en effet, dans la bible, le couteau est un outil sacrificiel, un objet sacré servant les desseins de Dieu.

Par exemples :
- Le couteau d'Abraham dans la Genèse : " Abraham tendit la main pour prendre le couteau et immoler son fils ", Genèse, 22-10

- Le glaive du Christ dans l'Apocalypse : "dans sa main droite, il tenait sept étoiles, et de sa bouche sortait un glaive acéré, à deux tranchants", Apocalypse, 1-16).

L’arme blanche est donc, selon la bible, divine et au service de la vérité et du bien. Il s’agit donc d’un objet précieux. Or, de manière symbolique, le couteau représente un objet précieux dont on ne peut se séparer sans contrepartie (cette contrepartie peut très bien être symbolisée par quelque chose que l’on donne en retour comme une pièce de monnaie).

De plus, il y a aussi l’histoire de Vulcain à qui on aurait commandé une épée sans jamais la payer. A partir de ce jour, il demanda à être payé d'avance. Certains pense que cela symbolise la pièce donnée en échange de l’arme blanche.

Enfin, au Moyen Age, quand une arme blanche était offerte, l’offrant réclamait systématiquement une pièce en échange pour ne pas être tenu pour responsable devant le Tribunal de Dieu des actes qui pourraient être commis avec l'arme dans le futur car le fait de l’offrir pouvait être assimilé à de la complicité ou à un ordre d’action violente vis à vis de celui ou celle qui aurait commis des exactions avec.
Ainsi, en l’échangeant contre une pièce, il « vendait » l’arme d’une certaine façon et était donc considéré comme un marchand : sa responsabilité était sauve .

Mais au delà de cet aspect négatif, figure aussi de toutes autres façons de penser :
- Avant le XVème siècle offrir un couteau symbolisait la fidélité ou un accord marchand.
- Autrefois, lorsqu’un enfant arrivait à l’âge adulte, un couteau de poche lui était donné à l’occasion de sa première communion.
- En Amérique, il est de coutume de donner le couteau et la pièce en temps que simple geste d’amitié.

 

Le droit de passage

Il est une autre coutume originale qui a disparu quelques années après la seconde guerre mondiale. Bien qu'elle accompagnât une cérémonie religieuse, elle ne profitait nullement à l'église. C'était un droit de passage exercé lors des mariages. Devant le cortège se rendant à l'église, les enfants du village tendaient une corde qu'ils avaient au préalable garnie de feuilles et de fleurs (de ronce, jadis, nous a-t-on dit !). Les futurs mariés, les parents, les garçons d'honneur … devaient alors déposer une pièce de monnaie dans les mains tendues, pour que la corde se baissât devant eux libérant le passage.
Une carte postale a immortalisé, le 13 mai 1905, la noce de Guillaume Jacob et de Anne-Marie Campion, qui furent boulangers dans la commune.   On peut citer le nom des personnes reconnues : à gauche le douanier Pennec avec son béret de marin ; tenant la corde ; François Le Lay, futur tailleur et sacristain ; à l'autre bout de la corde et tendant la main, Yvonne Le Gros, future Madame Goasdouè ; derrière le marié, à droite, Roland, futur époux de Mlle Quénec'h ; à droite de la mariée, Médic Poupon ; à droite de l'homme au canotier, Roland Tanguy, père de Mme Joseph Kérampichon ; le visage un peu caché, la emme de Tanguy Vras du Varq ; plus à droite, sous le casier de Jean-Marie, le pêcheur, Catou Lay ; à droite, sous le panier, Nanan ou Mme Cudennec de Pen ar Run.
Cette coutume de Locquirec n'était pas unique : on la retrouvait en Cornouaille ; mais à la différence d'ici, le droit de passage s'exerçait à l'entrée du pré où se tenait le repas et c'étaient les serveuses qui tendaient devant les jeunes époux la main et la corde sur laquelle pendaient les serviettes de table. Peut-être était-ce leur salaire qu'elles réclamaient ?
Signalons enfin une autre tradition qui se pratiquait aux portes de l'église et qui intéressait encore les jeunes Locquirécois. A la sortie du baptême, pendant que les cloches sonnaient à toute volée l'arrivée d'un nouveau paroissien, les parents du bébé lançaient des poignées de dragées ou de menues pièces de monnaie aux enfants qui se précipitaient pour les ramasser.

Argent

L'argent évidemment. Depuis du commerce et de la monnaie, il a toujours été considéré que la richesse attire le bonheur. Évidemment, ceci est contestable et nombreux sont ceux qui voudraient contredire ce fait. Mais semble-t'il que la grande majorité des hommes rêvent de richesses...

• Lorsque vous échappez une pièce de monnaie sur le sol, vous devez dire "Argent qui danse, c'est l'abondance" et mettre votre pied dessus avant de la ramasser.
• Placer des pièces de monnaie dans la poche d'un nouveau vêtement attire les entrées d'argent.
• Suite à un décès, vous devez placer une pièce de monnaie dans la bouche du défunt pour lui permettre de payer son passage dans l'au delà. Les grecs eux, plaçaient une pièce de monnaie sur chaque oeil.
• Une autre vieille coutume grecque dit que si une femme prend une des pièces de monnaie des yeux du défunt, qu'elle la place dans une coupe de vin qu'elle donnait ensuite à son mari, son mari sera alors rendu aveugle aux fautes commises par sa femme.
• Si vous échapper une pièce de monnaie, vous devez laisser quelqu'un la ramasser pour vous, si vous être seul, vous devez marcher dessus avec votre pied droit avec de la ramasser, cela porte bonheur.
• Vous pouvez faire une offrande à un dieu en jetant une pièce de monnaie dans un puit, si vous le mériter, il réalisera peut-être votre souhait.
• Les pièces de monnaie avec un trou dans le millieu portent davantages chance que les pièces standards.
• Placer une pièce sous une lumière de pleine lune la rend davantage chanceuse.
• Les pêcheurs plaçaient une pièce de monnaie sur les flotteurs de leurs filets pour remercier Neptune.
• Pendant l'Antiquité, on plaçait une pièce de monnaie sous le mât du navire pour payer le passage aux dieux de la mer et rendre le voyage plus sécuritaire.
• Porter sur vous une pièce de monnaie frappée l'année de votre naissance vous portera chance.
• Lorsque l'ont trouve de l'argent dans la rue, il faut se dépêcher de la dépenser sans en parler.
• Au matin de la nouvelle année, frotter votre corps avec une pièce de monnaie pour attirer l'argent.
• La veille du jour de l'An, aller cacher deux pièces de monnaie à l'extérieur. Retournez les chercher une fois le matin venu. Conserver ces pièces toutes l'année et vous serez sûr d'avoir la bonne fortune.
• Nouer une ficelle en rond et la conserver sur soit attire la chance, la fortune et les amis.
• Si vous rêvez à de l'argent 3 nuits consécutives, c'est que vous en gagnerez très bientôt.
• Compter trop souvent son argent présage des pertes monétaires prochaines.
• Gardez quelques pièces dans votre maison, il est de mauvaise augure de ne pas y laisser d'argent.
• Un pièce avec un trou dedans ou pliée est un talisman qui attire la prospérité.
• Faire tourner une pièce de monnaie en argent un soir de pleine lune vous garanti la prospérité.
 

 

 

 

 

C'est quoi le "passeur"

issu des tragédies grecques.
Le passeur se nomme Charon ou Caron et a l'aspect d'un vieillard sale et peu conciliant, il porte une cagoule. Son rôle est de faire passer sur une barque les ombres errantes des défunts à travers le fleuve Styx afin de rejoindre le séjour des morts...
Par contre, ce n'est pas seulement pour un meurtre ou une mort violente mais bien quand quelqu'un meurt tout simplement. Si lors de l'enterrement, une pièce n'est pas placé sur les paupières ou sous la langue, le défunt devait errer sur le bord de la rivière pendant 100 ans.

Date de dernière mise à jour : 17/02/2019

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site